Tendances du commerce de détail de la mode

Par Davy Kestens

Dans ce rapport, nous examinons de près le marché belge de la mode. Quelles évolutions voyons-nous ? Quelles sont les parts de marché ? Qui achète des produits de seconde main ? Quel est l’impact de la seconde main sur les détaillants traditionnels ? Comment se portent les détaillants locaux ? Et quel a été l’impact de la crise sanitaire sur les ventes en ligne ?

Le marché de la mode évolue plus que jamais. Le confinement a entraîné une croissance du commerce électronique en Belgique en 2020. Le marché de l’occasion est également florissant, alimenté par un sentiment croissant de durabilité et une conscience écologique aiguisée. Mais les consommateurs soucieux des prix s’emparent aussi plus rapidement des vêtements d’occasion.

La part des achats de vêtements dans le budget familial total a diminué de plus d’un cinquième en 2020 par rapport à 2019. Cela peut s’expliquer par une légère diminution du nombre de personnes achetant des vêtements, mais surtout par une baisse du montant dépensé.

À la mi-2021, le marché se redresse progressivement. Les résultats du troisième trimestre dépassent même ceux de la même période en 2019. Toutefois, cela ne signifie pas que tout est revenu à la normale. La crise du corona a servi de catalyseur à des tendances qui se profilaient déjà à l’horizon.

Le commerce en ligne a reçu un énorme coup de pouce en raison de la fermeture obligatoire des magasins. Cependant, même si les mesures ont été réduites, les ventes en ligne continuent de peser plus lourdement sur le chiffre d’affaires qu’avant la crise de coronavirus.

Malgré toutes les campagnes de soutien au commerce de détail belge et local, les détaillants locaux ont été particulièrement touchés pendant le lockdown. Entre-temps, ils ont toutefois réussi à ramener leur part globale aux niveaux d’avant la crise.

Le marché de la mode de seconde main connaît une croissance spectaculaire, portée par des plateformes de re-commerce conviviales telles que Vinted. Le nombre d’acheteurs d’occasion a triplé en deux ans et, en plus, en 2020, ils ont dépensé en moyenne 70% de plus que l’année précédente. 

Les acheteurs de seconde main sont généralement jeunes et féminines. Et ils dépensent environ 50% de plus que le Belge moyen en vêtements. Ce faisant, ils grignotent le chiffre d’affaires de la plupart des grands détaillants de la mode fast-fashion. En vieillissant, vont-ils continuer à se tourner vers les biens d’occasion et le marché deviendra-t-il plus mature avec eux ?

Cake Insights propose des informations en temps réel basées sur le comportement effectif des clients, afin de suivre attentivement toutes les fluctuations et les tendances du marché.

Recevez gratuitement et sans obligation le rapport complet (35 pages).

    Recevez le rapport complet par mail.