Voici comment nous travaillons avec nos partenaires commerciaux

Par Tom Claus
Cake for Business

Dans notre modèle économique unique en son genre, nos revenus ne proviennent pas des utilisateurs de Cake, mais bien des partenaires commerciaux de Cake. Mais pour quoi paient-ils exactement ? Et quelles sont les informations qu’ils obtiennent en retour ?

Cake possède un modèle économique unique en son genre. Contrairement aux banques traditionnelles, nos revenus ne proviennent pas des utilisateurs de Cake, mais bien des partenaires commerciaux de Cake.

Un modèle économique au service de la mission

Notre mission est d’améliorer le bien-être financier des consommateurs. D’une part, nous le faisons en aidant les consommateurs à mieux comprendre leurs finances, et d’autre part, en faisant en sorte que les comptes bancaires rapportent à nouveau de l’argent.

Dans cette précédente interview, deux des fondateurs de Cake expliquent comment nous en sommes arrivés là. 

Afin de remplir notre mission, nous avons d’abord analysé le monde financier en profondeur, puis nous avons décidé de bouleverser complètement ce modèle économique. Nous croyons en effet que les choses peuvent être faites différemment. Nous avons décidé de réécrire les règles.

Aujourd’hui, presque tous les acteurs financiers actifs sur le marché tirent leurs revenus de leurs clients. Les banques facturent des intérêts, demandent des frais mensuels pour les comptes courants et prélèvent des frais pour divers services. 

Le modèle économique que nous avons mis en place est au-dessus des acteurs financiers existants. C’est un nouveau modèle économique qui est en accord avec notre mission. Un modèle économique qui ne nous rapporte de l’argent que lorsqu’il rapporte quelque chose à nos utilisateurs et à nos clients. De cette manière, nous alignons nos intérêts sur ceux des utilisateurs de Cake et des partenaires commerciaux.

Si vous voulez plus d’informations à ce sujet, vous pouvez lire l’article suivant que nous avons récemment publié : Pourquoi partageons-nous nos revenus avec nos utilisateurs ?

Mais qu’en est-il de ces partenaires commerciaux ? Que peuvent-ils voir exactement ? Et comment, en tant qu’utilisateur de Cake, cela vous rapporte-t-il de l’argent ?

Nous allons tout vous expliquer !

Perspectives et statistiques

Commençons par le début. Lorsque nous recevons les données de transaction d’un utilisateur de Cake (via le lien avec sa banque), nous supprimons toutes les informations d’identité et nous les regroupons avec les données de transaction anonymisées de tous les utilisateurs de Cake. Nous avons déjà décrit cela en détail à l’aide d’un exemple et d’une vidéo.

Les partenaires commerciaux de Cake ont accès à une plateforme fermée sécurisée (la plateforme Cake for Business) où ils peuvent consulter les statistiques et les rapports établis à partir des données de transaction anonymisées de tous les utilisateurs de Cake réunis. Nous avons aujourd’hui plus de 1,7 million de transactions dans notre base de données, pour une valeur totale de plus de 520 millions d’euros. 

Pour avoir accès à cette plateforme, ils paient une redevance mensuelle à Cake. Vous pouvez comparer cela à un abonnement à Spotify ou Netflix, mais avec plus de zéros. S’ils cessent de payer, leur accès à la plateforme s’arrête. 

Toutes les données des transactions individuelles restent sur nos serveurs et ne sont jamais transmises à nos partenaires commerciaux. Ils peuvent uniquement consulter les rapports de la plateforme qui concernent tous les utilisateurs de Cake confondus. 

Par exemple, vous pouvez voir ci-dessous un rapport dans lequel nous analysons les dépenses moyennes de tous les utilisateurs de Cake chez tous les détaillants en produits alimentaires en Belgique.

Mais cela peut aussi concerner de grands sous-groupes d’utilisateurs. Par exemple, un partenaire commercial peut créer un rapport basé sur tous les utilisateurs de Cake qui font des achats dans des magasins de bricolage.

Un partenaire payant peut définir lui-même toutes sortes de filtres afin d’obtenir le rapport souhaité. 

Il peut filtrer selon le type d’achat, les régions, l’âge des utilisateurs et la période d’achat.

En ce qui concerne les sous-groupes, il est important de savoir que nous n’affichons les rapports que lorsqu’il y a suffisamment d’utilisateurs qui génèrent les données du rapport. Par exemple, si quelqu’un demandait un rapport sur tous les quadragénaires qui ont fait un achat dans une librairie donnée située dans un petit village au cours de la semaine écoulée et qui ont 42 ans, nous ne pourrions probablement pas montrer ce rapport, car il n’y aurait pas assez d’utilisateurs pour que ce rapport reste anonyme. 

D’une part, cela nous permet de protéger la vie privée des utilisateurs, mais d’autre part, un tel rapport n’est pas utile non plus. Les entreprises ne peuvent tirer des conclusions intéressantes que si elles s’appuient sur un groupe d’utilisateurs suffisamment important. Sinon, elles peuvent être dues à une simple coïncidence. Ce n’est que lorsqu’il y a suffisamment d’utilisateurs qu’un modèle peut être dégagé et c’est finalement ce qui intéresse les marques et les détaillants.
Étant donné que vos données de transaction anonymisées sont parfois traitées dans ces rapports, nous pensons qu’il est plus que logique que vous soyez rétribué pour cela. C’est votre part du gâteau, dirons-nous. Pour ce faire, nous distribuons à tous les utilisateurs actifs de Cake la moitié des revenus que nous recevons chaque mois grâce à la vente d’informations . Fair is fair! 🙌

Campagnes

En plus d’étudier son marché, un partenaire commercial peut également mettre en place des offres de cashback pour les utilisateurs de l’application Cake. Elles sont immédiatement traitées lorsqu’un achat est effectué chez eux et payé à l’aide d’un compte bancaire lié à Cake. Ils peuvent utiliser Cake pour lancer de chouettes campagnes afin de faire découvrir leur marque ou leurs magasins à de nouveaux clients et de récompenser les clients fidèles, soit lors d’un paiement ultérieur, soit simplement à chaque achat.

Par exemple, le détaillant en produits alimentaires sains Foodmaker offre un cashback de 10 % sur le montant du premier achat.

Mais les partenaires commerciaux peuvent également décider de récompenser les clients fidèles en leur accordant un remboursement sur chaque achat. Par exemple, chez AVA, tous les utilisateurs de Cake bénéficient d’un remboursement de 2 % du montant de leur achat chaque fois qu’ils effectuent un achat en magasin ou en ligne.

Les partenaires commerciaux peuvent mettre ces campagnes en place eux-mêmes via la plateforme Cake for Business.

Comme les campagnes peuvent cibler spécifiquement des groupes d’utilisateurs de Cake, en fonction de l’historique de leurs transactions anonymisées, les offres dans l’application seront différentes pour chaque utilisateur de Cake. Selon que vous apparteniez ou non au groupe cible du partenaire commercial.

Partenaires commerciaux

Mais qui sont ces partenaires commerciaux ? Avec qui collaborons-nous ?

Certains des partenaires commerciaux apparaîtront dans l’application lorsqu’ils mettront en place des campagnes pour lesquelles vous entrez en ligne de compte. Vous avez donc peut-être déjà vu que Foodmaker, AVA, Lukoil, Eneco, Bolt Energie, Lensonline et Cheaptickets font partie de nos partenaires.

Mais lorsqu’un partenaire ne met pas de campagne en place et se limite à nous acheter des informations et des rapports, vous, en tant qu’utilisateur, ne le verrez pas automatiquement dans l’application. 

Les partenaires commerciaux font en sorte que l’application reste gratuite et que vous puissiez même gagner quelque chose. En acceptant les offres et tout simplement en utilisant l’application. C’est pourquoi il est très important que nous ayons suffisamment de partenaires. 

Notre équipe Business Development, dirigée par Tom, s’occupe de cela. 

Bien sûr, nous n’acceptons pas tous les clients. Nous excluons explicitement les partenaires qui sont actifs dans les secteurs suivants : industrie du jeu (bureaux de paris), casinos, loteries, industrie du porno et du sexe, industrie de l’armement et drogue. Et nous nous y tenons strictement. Ceci est également mentionné dans le manuel de procédures qui fait partie de nos agréments auprès de la Banque nationale de Belgique. Mais même en dehors de ces catégories que nous excluons explicitement, nous restons critiques quant aux partenaires avec lesquels nous travaillons.

Si la collaboration avec un partenaire s’arrête, il n’aura plus accès à la plateforme et ne pourra plus mettre de campagne en place ni créer des rapports.

Presse

Il n’y a pas que nos partenaires commerciaux qui trouvent intéressantes les informations qu’ils peuvent tirer des données de transaction de Cake. La presse aussi s’adresse de plus en plus souvent à Cake. Comme les données de transaction sont collectées en temps réel et qu’elles sont basées sur le comportement réel et non sur ce que les gens disent avoir acheté (dans une enquête en ligne par exemple), elles sont très utiles pour dégager certaines tendances.

Par exemple, ces dernières semaines, la presse s’est interrogée sur les effets de la crise du coronavirus sur le comportement d’achat des Belges.

Les journalistes ne sont toutefois pas autorisés à accéder à notre plateforme. Nous établissons ces rapports nous-mêmes et nous essayons de les aider à identifier les tendances et à les comprendre correctement. Actuellement, la presse ne paie rien pour cela.

Voici un exemple de graphique que nous avons récemment remis à la presse :

Ce graphique montre quelles catégories de dépenses ont diminué (à gauche, les perdants) et augmenté (à droite, les gagnants) depuis le début de la crise du coronavirus. La taille des cercles reflète la taille relative de la catégorie : plus le cercle est grand, plus on a dépensé d’argent dans cette catégorie. Par exemple, nous constatons que les dépenses alimentaires (Groceries) ont augmenté de 40 % par rapport à la période précédant la crise et que c’est également dans cette catégorie que l’on a dépensé le plus d’argent au total. Par ailleurs, nous constatons que les dépenses en carburant (Gas and fuel) sont beaucoup plus faibles qu’avant la crise (en baisse d’environ 55 %) et que les dépenses totales dans cette catégorie sont également limitées.

Sur la base de ce type de rapports, plusieurs articles ont paru dans la presse ces dernières semaines pour lesquels des données de Cake ont été utilisées. Entre autres dans Het Nieuwsblad, Het Laatste Nieuws et sur VRTnws

Des organisations syndicales telles que Gondola et Comeos aiment aussi avoir recours aux analyses de Cake. Comme cette analyse que Gondola a réalisée à partir des chiffres de Cake suite à la réouverture des magasins de bricolage.

Vous souhaitez en savoir plus sur les effets de la crise du coronavirus sur les revenus et les dépenses ? Lisez également cet article.

L’avenir

Plus les utilisateurs de Cake seront nombreux, plus les transactions que nous pourrons analyser seront vairées et plus les informations qui figureront dans les rapports seront précieuses et fiables. 

Cela rendra Cake attrayant pour de nouveaux partenaires commerciaux. Ceux-ci proposeront de nouvelles offres et de nouveaux revenus grâce aux connaissances que nous redistribuons aux utilisateurs de Cake. 

Notre modèle économique unique continue ainsi d’évoluer et nous créons une valeur ajoutée pour tout le monde !

Vous êtes une entreprise et vous souhaitez en savoir plus sur Cake for Business ? Cliquez ici pour plus d’informations ou une démonstration. Ou envoyez simplement un message à Ann-Sophie (ann-sophie @cake.app), Tim (tim@cake.app) ou Tom (Tom@cake.app)