Rencontre avec Cake : voici Yves

Par Sophie Docx

Nous sommes une équipe de 20 personnes. Nous n’avons pas de bureaux et travaillons tous à distance. Et cela dans trois pays différents. Nous voulons que Cake devienne l’application bancaire de référence qui améliore le bien-être financier de tous nos utilisateurs. Dans cette série de blogs, vous apprendrez à mieux connaître les personnes qui se cachent derrière Cake. Aujourd’hui, c’est au tour d’Yves, Head of Legal & Operations et cofondateur de Cake.

Nom : Yves Bovin
Âge : 45 
Rôle : Head of Legal & Operations, cofondateur
Making Cake since : Octobre 2018
Travaillant à partir de : Glabbeek, Belgique

Parlez-nous de votre espace de travail

Chez Cake, nous travaillons toujours à distance et nous n’avons donc pas de « vrais » bureaux. Mais nous devions avoir une adresse officielle quelque part. Le siège social de Cake est donc situé à mon domicile.😀 

Cela signifie que les audits ou autres réunions officielles ont toujours lieu à mon domicile. C’est parfois assez drôle. Lors du premier audit officiel, aux premiers jours de Cake, les membres de l’équipe d’audit se sont retrouvés dispersés dans le salon, la véranda et la cuisine. Et ma femme a été recluse dans la chambre pendant une demi-journée. Cela nous a immédiatement montré que nous devions nous organiser un peu différemment.

Mon bureau a donc été aménagé en salle de réunion. Par conséquent, je travaille tous les jours à ma « table de réunion ». Dans mon jardin, j’ai aussi deux grandes tables pour que nous puissions nous installer dehors quand il fait beau. Je travaille donc régulièrement dans le jardin, un autre avantage du télétravail. 😎

En outre, les buvettes de football sont devenues comme mon deuxième lieu de travail. J’ai quatre enfants, dont trois jouent au football. Donc, presque chaque jour de la semaine, l’un d’entre eux a entraînement. Alors je m’installe à la buvette et je travaille tranquillement avec des écouteurs. Avec la crise du coronavirus, je n’ai pas vu de buvette de football depuis un bon moment, mais j’attends déjà avec impatience la saison prochaine pour « faire à nouveau partie des meubles » de la buvette.😀

Que faites-vous chez Cake ?

Je m’occupe de tout ce qui concerne les finances, l’administration du personnel, les questions relatives aux entreprises, les subsides, les dossiers juridiques, les audits et les affaires réglementaires. Donc à peu près tout ce que mes collègues préfèrent ne pas faire. 😂 Sauf peut-être Olivier.

J’aime soulager mes collègues de la paperasserie, des charges administratives et des documents juridiques afin qu’ils puissent faire ce qu’ils font le mieux. Je suis heureux d’aider mes collègues dans un rôle de support. J’aime aussi travailler dans l’ombre, il y fait moins chaud.  

Je suis un cas à part chez Cake. La plupart aiment programmer et construire, j’aime lire les textes juridiques, les questions fiscales, les bilans comptables, les politiques de confidentialité et surtout les conditions générales. Ces dernières montrent l’âme d’une entreprise. Lorsque vous lisez des conditions générales qui sont destinées aux consommateurs, et que vous voyez des structures de phrases particulièrement compliquées ou des termes incompréhensibles qui ne sont pas expliqués plus en détail, cela en dit long sur l’entreprise et surtout sur la façon dont elle traite ses clients. Et c’est exactement ce que nous essayons de faire différemment chez Cake. 

Comment êtes-vous arrivé chez Cake ? 

Mi-2018, j’ai eu un premier entretien avec notre CEO Davy Kestens. Il cherchait quelqu’un qui pourrait obtenir un agrément en qualité d’établissement de paiement. 

Au cours des années précédentes, j’avais déjà obtenu un agrément en tant que gestionnaire de portefeuille, de courtier et de gestionnaire de fonds. Cela me démangeait énormément d’ajouter un agrément supplémentaire à la liste. Moins de 3 heures après notre premier entretien, je faisais déjà savoir à Davy que je le rejoignais dans l’aventure. 

D’ailleurs, tous les cofondateurs ont dit « oui » dans les 12 heures qui ont suivi leur premier café avec Davy. Sauf Peter Van Hees. Il ne boit pas de café.   

Pourquoi Cake et pas une autre entreprise ?

Avant tout, c’est extrêmement fascinant de travailler avec des personnes exceptionnelles. Pour construire une entreprise extraordinaire comme Cake, il faut des personnes extraordinaires. Et chez Cake, nous en avons quelques-unes. 

En outre, notre modèle économique est extrêmement disruptif. Le fait que, dans ce secteur, nous tirions nos revenus des entreprises et non des consommateurs, et que nous permettions également aux consommateurs de partager nos bénéfices, est sans précédent. 

Grâce à notre modèle économique, à l’évolution du marché et aux personnes que nous avons à bord, nous avons la possibilité de déployer rapidement quelque chose d’extrêmement disruptif dans toute l’Europe. Alors, il faut se lancer à fond, on a rarement une telle chance dans la vie.

“If you’re offered a seat on a rocket ship, don’t ask what seat. Just get on.”

Sheryl Sandberg

Et puis, pensez à jeter un coup d’œil à nos valeurs d’entreprise. Elles décrivent parfaitement ce qui est important pour nous. J’aime travailler dans un tel environnement, cela me permet de donner le meilleur de moi-même. 

Auparavant, j’étais CEO d’un courtier en ligne et j’étais responsable d’à peu près tout au sein de l’entreprise. Maintenant, je ne m’occupe que de ce que je considère comme la partie la plus agréable d’une entreprise : le volet Legal & Operations. Cela me donne l’impression que je n’ai pas à travailler, mais que je peux m’amuser tous les jours. 

Le matin, je me lève généralement entre 6 et 7 heures. Avant le petit déjeuner, j’ai déjà lu trois journaux et parfois le Moniteur belge. Mes collègues trouvent d’ailleurs particulièrement cocasse le fait que j’aime lire le Moniteur belge. Je partage ensuite les articles intéressants avec l’équipe via Slack. Je travaille tous les jours jusqu’à 22 heures. Pas d’une traite, évidemment. En passant, je prépare aussi le repas pour ma famille. Je suis le cuisinier de la maison.

Le samedi, je rattrape un peu de travail qui a été laissé de côté pendant la semaine. Et tous les dimanches, je vide ma boîte mail et je planifie la semaine à venir. Je laisse systématiquement un jour ouvert dans le planning. Car chaque semaine, il y a toujours des tâches urgentes et inattendues qui s’intercalent.

J’aime énormément travailler, ce qui signifie donc que je ne m’ennuie jamais. La dernière fois que je me suis ennuyé, c’était le vendredi 27 juin 1997. J’avais passé mon dernier examen la veille et le lundi suivant, je pouvais commencer à travailler. Depuis lors, je ne suis plus ennuyé une minute, j’adore travailler. Aristote l’a dit il y a plus de 2300 ans : Le plaisir dans le travail met la perfection dans le travail.

Quel est votre moment Cake le plus mémorable ?

L’obtention de notre agrément d’établissement de paiement auprès de la Banque Nationale de Belgique en juillet 2019. Encore un élément que je pouvais barrer de ma liste de choses à faire avant de mourir. J’ai reçu alors plus de compliments de mes collègues que pendant le reste de mes 22 ans de carrière réunis. Cela m’a vraiment fait du bien !

Un autre grand moment a été la rédaction de nos conditions générales. J’ai vraiment pu y mettre ma propre personnalité, dans les limites du cadre juridique. Cela me fait énormément plaisir quand je vois la quantité de personnes qui aiment lire nos Conditions générales. Après tout, elles ont vraiment été écrites pour être lues. Et pas pour se cacher derrière les petits caractères.  

Bien sûr, il y a aussi les nombreux « offsites » avec l’équipe. En fait, dans notre cas, nous devrions plutôt les appeler des « onsites » puisque nous n’avons pas de « site ».😀 Quoi qu’il en soit, ils sont plus que mémorables. Mais ce qui se passe lors des offsites reste dans les offsites… 

Quel est votre gâteau préféré ?

Le « toet » traditionnel de mon ex-belle-mère. Il s’agit d’un gâteau typique avec de la confiture d’abricots, selon une vieille recette. Elle en fait encore régulièrement deux exemplaires, un pour les quatre enfants et un pour moi. Je dévore entièrement le mien en 24 heures.😇 

Encore un peu de garniture sur le gâteau ?

L’humour. Ceux qui me connaissent un peu savent que j’aime l’humour. Beaucoup l’humour. Et le vin, surtout le vin français. Et un steak frites avec de la mayonnaise. Une entrecôte, de préférence. Et un Meukow VSOP pour terminer. Avec un morceau de chocolat. Praliné, si c’est possible.

Êtes-vous prêt à télécharger l’application Cake ?

Elle est disponible pour Google Play et sur l’App Store.

Vous pourriez également être intéressé par

10 raisons de choisir Cake pour votre nouvelle application bancaire