Rencontre avec Cake : voici Davy

Par Davy Kestens
Davy Kestens CEO Cake

Rencontrez les personnes qui se sont engagées derrière Cake dans cette série d’interviews. Aujourd’hui, nous vous présentons Davy, CEO et cofondateur de Cake.

Nom : Davy Kestens
Rôle : Confondateur et CEO
Making Cake since : été 2018
Travaillant à partir de : Hasselt, Belgique

Parlez-nous de votre lieu de travail

Je travaille presque tout le temps de chez moi et nous avons créé l’entreprise pour qu’elle soit entièrement à distance dès le premier jour. Le fait de ne pas avoir de bureaux chez Cake était un choix très conscient. C’est même l’une des valeurs fondamentales de notre entreprise. Nous formulons cela par Create your own cubicle. Je crois sincèrement qu’il faut donner à chacun la liberté de définir et de créer son lieu de travail préféré sur terre, là où il est le plus heureux et le plus productif.🌴

Parce que pour moi, le bonheur et la productivité sont indissociables. Je ne crois pas au concept de l’équilibre travail-vie privée. Le travail fait partie de la vie et ne doit absolument pas en être l’opposé. Faisons donc en sorte que le travail soit amusant, motivant et enrichissant.

D’autre part, le fait de ne pas avoir de bureaux présente un certain nombre d’autres avantages. Cela nous fait gagner un temps incroyable et nous oblige également à communiquer ouvertement, tant en interne qu’en externe. Tous les fichiers, projets et tâches sont partagés et accessibles à tous.

Et cela signifie donc que je suis généralement assis ici, dans mon appartement avec vue sur le village d’Hasselt.😆 J’aime que mon espace de travail soit sobre. Tous les murs sont peints en noir. Le fond neutre idéal pour les appels vidéo ! Et ils sont nombreux. Avant que la crise du coronavirus n’éclate, j’étais encore assez souvent sur la route pour des rendez-vous. Mais maintenant, presque tous les rendez-vous ont été remplacés par des appels vidéo. Et cela me convient bien. En réalité, j’ai vraiment apprécié le fait d’être à la maison pendant le confinement.

Et ceux d’entre vous qui ont régulièrement des appels vidéo avec moi savent entre-temps que je dois régulièrement les interrompre pour ouvrir la porte à un livreur. Ma femme et moi faisons en effet plus que notre part pour faire tourner le secteur du e-commerce. 

Il y a de fortes chances que, dans un avenir proche, je fasse aussi régulièrement la navette à l’étranger. Nous nous préparons à entrer sur plusieurs marchés européens, et il est donc important d’établir les contacts locaux nécessaires avec les partenaires, les banques et les investisseurs.

Que faites-vous chez Cake ?

Je consacre un tiers de mon temps à des entretiens avec des investisseurs existants et potentiels. En tant que fondateur et CEO, ma tâche principale est maintenir les lumières allumées et de veiller à ce que nous ayons suffisamment de capital pour réaliser nos plans de croissance. Et cela signifie que j’explique d’innombrables fois par jour qui nous sommes, quels sont nos projets et nos ambitions et pourquoi c’est une bonne idée pour les investisseurs de nous rejoindre dans l’aventure.

Cela peut sembler ennuyeux, mais ce n’est pas du tout le cas. Même si je dois effectivement raconter la même histoire encore et encore, ce sont toujours des contacts très intéressants qui m’apprennent toujours de nouvelles choses et élargissent mon réseau. C’est toujours très intéressant d’entendre comment tous ces interlocuteurs différents perçoivent notre projet et quelles sont les raisons pour lesquelles ils s’impliquent ou ne s’impliquent pas. Cela nous force à rester à la pointe, moi, notre équipe et notre produit.

À part de ça je m’assure que tous les membres de l’équipe sont sur la même longueur d’onde. Mais en fait, tout se passe bien, même sans moi. L’une des leçons que j’ai tirées de mon entreprise précédente est que je dois me rendre superflu dans la gestion quotidienne de l’entreprise. Il m’incombe de construire une organisation évolutive et de travailler « sur », plutôt que « dans », l’entreprise. Si je n’étais pas là pendant quelques semaines, les choses continueraient à fonctionner parfaitement, et c’est ainsi que cela doit être.

Enfin, je m’occupe des grands partenariats stratégiques, des contrats avec les clients et de notre expansion internationale. Je reste en contact étroit avec d’autres startups du secteur, avec nos conseillers et j’aide à recruter des talents. Je suis incroyablement heureux que nous ayons pu réunir un groupe de personnes aussi talentueuses, avec des antécédents et des connaissances incroyables, pour travailler sur Cake.

J’ai accordé une attention particulière à chaque recrutement. Et particulièrement pour l’équipe fondatrice. On voit souvent des start-up démarrer avec un groupe d’amis. Cela n’a pas du tout été le cas pour nous. Les cofondateurs ne se connaissaient pas vraiment lorsque nous nous sommes lancés dans l’aventure. J’ai délibérément cherché une équipe complémentaire possédant les compétences et l’expérience spécifiques dont nous avions besoin pour démarrer et que nous pensions nécessaires pour développer l’entreprise pendant la première décennie.

Cake mis à part, que faites-vous ?

Cake mis à part, je pense surtout à profiter de la vie. Cuisiner et aller au restaurant. J’adore inviter des amis, des connaissances et des relations d’affaires à un dîner chez moi.

J’aime aussi voyager. Mais mes voyages tournent aussi toujours autour de la nourriture. Ma femme et moi choisissons les destinations en fonction des restaurants que nous voulons visiter.

Quand je vivais à San Francisco, j’ai appris à faire de la voile. Mais ici, à Hasselt, cela ne me sert pas beaucoup.😅

Quel est votre moment Cake le plus mémorable ?

Il y en a pas mal déjà. Ces trois dernières années ont déjà été une sacrée aventure !

Une étape importante est en tout cas le 19 juillet 2019, date à laquelle nous avons reçu notre licence de la Banque nationale de Belgique en tant qu’établissement de paiement. C’était le feu vert pour pousser à fond sur l’accélérateur.

Et c’est ce que nous avons fait. Je trouve incroyable la vitesse à laquelle nous sommes en train de faire avancer les choses. En très peu de temps, nous avons créé une application qui fonctionne avec de vrais utilisateurs et partenaires. Dans mon ancienne entreprise, le lancement avait déjà eu lieu depuis un an et demi avant que nous trouvions un premier client sérieux. Chez Cake, avant même notre lancement, nous avions déjà signé les premiers contrats avec des partenaires commerciaux tels que Foodmaker et Lukoil !

Et le jour où nous avons versé les premiers 500 000 € de cashbacks aux consommateurs est également entré dans la légende. En effet, à partir de ce moment-là, nous nous sommes vraiment montrés à la hauteur de notre mission, qui est de rendre les comptes bancaires à nouveau rentables. Entre-temps, nous avons signé plus de 100 contrats commerciaux et nous avons presque versé 1 million d’euros de récompenses financières à nos utilisateurs. Et cela me rend incroyablement fier !

Le moment le plus chaleureux sur le plan personnel a été lorsqu’un membre de l’équipe est venu me voir lors d’un de nos événements sur site pour me dire à quel point le fait de travailler pour Cake avait changé sa vie, de manière positive. Il avait derrière lui une très longue carrière dans une banque traditionnelle et il nous a fallu beaucoup d’efforts pour le convaincre de venir travailler pour nous. C’est vraiment touchant qu’une personne telle que lui vienne me dire, après quelques mois, à quel point le fait de travailler pour Cake a changé sa vie. Il n’aurait pas pu imaginer combien ce serait libérateur de briser sa routine bien ancrée de navetteur maison-travail.

Cela ne fait que renforcer ma conviction que nous sommes en train de construire quelque chose d’unique. Non seulement pour les utilisateurs de Cake et pour nos partenaires commerciaux, mais aussi pour l’équipe de Cake elle-même. C’est pourquoi une grande partie du stress lié à la création d’une start-up en vaut la peine.

Quel est votre gâteau préféré ?

En fait, je n’aime pas vraiment les sucreries. D’ailleurs, je n’aime pas les anniversaires et je n’aime donc pas non plus les gâteaux d’anniversaire.🎂

Mon gâteau préféré est en fait le gâteau que nous avons détruit à la fin du tournage de la première vidéo Cake. Fin de l’année dernière, lorsque nous avons lancé notre marque Cake pour la première fois, nous avions décidé de réaliser une vidéo afin de donner plus de contenu à notre marque.

Sophie, qui est en charge du marketing chez nous, et moi avons passé toute la journée sur le plateau, au milieu des gâteaux. Nous avons ensuite détruit religieusement les gâteaux que l’acteur et l’équipe avaient tripotés pendant toute la journée.🔨🍰

Encore un peu de garniture sur le gâteau ?

Nous prévoyons un lancement dans plusieurs pays et nous allons bientôt élargir notre équipe. Nous sommes encore loin d’avoir atteint notre objectif avec Cake, mais je suis enthousiaste à l’idée de ce qui nous attend. Il y a un énorme potentiel pour Cake sur le marché, et nous sommes impatients de faire un sérieux trou sur le marché européen.
Regardez-nous !

Vous voulez rejoindre Cake ?

Consultez nos offres d’emploi !